• Kénitra : détection précoce des cancers du sein et du col utérin
  • Kénitra - 23 novembre 2012

    SAR la Princesse Lalla Salma, Présidente de l'Association Lalla Salma de lutte contre le Cancer (ALSC), a inauguré vendredi à Kénitra un Centre de référence de santé reproductive pour la détection précoce des cancers du sein et du col utérin.

    Cette structure a été réalisée par le ministère de la Santé et le bienfaiteur Haj Mohammed Tber et équipée par l'Association Lalla Salma de lutte contre le cancer, pour un coût global de 1,8 millions de dirhams.

    Le centre de détection précoce des cancers est composé de deux salles d'attente, de trois salles de consultation pour le dépistage et le diagnostic des cancers du sein, trois autres pour la cancer du col utérin, d'une salle de colposcopie avec une salle d'observation, d'une salle de mammographie et d'échographie, d'une pharmacie et de deux bureaux.

    La capacité de ce centre peut atteindre 6.000 consultations par an pour le dépistage et le diagnostic précoce du cancer du col utérin.

    Le programme de détection précoce des cancers du sein et du col utérin constitue un axe stratégique du Plan national de préservation et de contrôle du cancer en raison de la fréquence de ces deux cancers parmi la population marocaine. L'objectif de ce programme est de détecter précocement ces deux cancers pour améliorer leur prise en charge en vue de diminuer la morbidité et la mortalité liées à ces deux cancers.

    Les activités de ce programme sont actuellement assurées au niveau de six régions à savoir Rabat-Salé-Zemmour-Zaer, Meknès-Tafilalet, Fès-Boulemane, Marrakech-Tansift-El Haouz, le Grand Casablanca et Gharb-Chrarda-Béni Hssen, et couvrent une population cible d'environ 1,5 millions de femmes.

    L'ALSLC a déjà construit et équipé six centres de référence de la santé de la reproduction dans les provinces de Meknès, Errachidia, Casablanca El Fida, Skhirat-Temara, Rabat et Séfrou.

    Le programme de détection précoce des cancers du sein et du col utérin a permis la formation de 580 médecins généralistes, 930 infirmières et infirmiers, 55 gynécologues et plus de 100 cadres paramédicaux à travers le territoire national.

    Pour la mise en oeuvre du programme dans la province de Kénitra, il est prévu de former environ 150 professionnels de santé.